Si toutes nos larmes pouvaient éteindre les feux en Amazonie…

24 Août 2019, Wrangell, Alaska  

 

Le poumon de notre terre, qui produit 20% de notre oxygène, suffoque présentement sous la fumée et les flammes.  Je pense aux animaux, aux plantes, aux arbres, même aux insectes. Qu’ont-ils fait pour mériter cela? Mon cœur est en miettes. 

Il est facile de se blâmer les uns les autres pour chaque maladresse infligée à notre Terre Mère. Il est moins douloureux de fermer les yeux devant chaque conflit et horreur que de se relever les manches et venir en aide. « Parlons de quelque chose de plus positif, tout cela est lourd  Karine»… Il est beaucoup plus simple de rester fixé dans nos habitudes que de changer, mais mon ami, ce cri d’alarme, ce cri qui est parmi des milliers veut nous réveiller. Nous DEVONS changer et ce changement, il commence par soi, chacun d’entre nous, un par un. 

J’entends beaucoup de gens dire qu’il y aurait trop à faire, qu’une personne ne fera pas la différence, que la bataille est perdue d’avance, qu’on ne sait pas par où commencer. Voici ma réponse : Commençons par nous. Commençons là où nous pouvons car chaque geste, aussi minime qu’il puisse nous sembler, chaque geste compte. 

En « boycottant » l’huile de palme, on sauve des forêts et des orangs-outangs. En bannissant le plastique à usage simple de notre vie, on sauve tout plein de créatures marines, on réduit la pollution, en réduisant notre consommation de viande, non seulement on aide les animaux, mais on réduit la coupe d’arbres qui se produit pour l’élevage de bœuf. Il y en a quelques uns qui vont venir m’obstiner que le plastique a plusieurs bienfaits, par exemple en médecine, oui, ok, mais peut-on réduire le nombre de smoothies ou cafés glacés et pailles et trucs non nécessaires? Peut-on trimballer son plat réutilisable et sa tasse ou sa gourde d’eau? Hyper faisable, il suffit d’y penser jour après jour. Lorsqu’on oublie, on se pardonne et on reprend nos efforts la prochaine fois, mais on AVANCE. 

On a pas besoin de savoir exactement comment chaque chose a une influence sur une autre, tout ce qu’on doit faire, c’est avoir conscience que TOUT et absolument TOUT ce qu’on utilise et consomme en tant qu’humains a un impact sur notre environnement. L’électricité doit être produite, l’eau être chauffée, l’essence creusée du sol, le papier produit à partir d’arbres. Tout a un impact. 

« Je veux bien là, mais il faut aussi vivre sa vie ». Oui, vivre notre vie. Parfait argument. Cependant, si nous voulons avoir une vie à vivre et possiblement créer de la vie, ne serait-il pas préférable justement d’apprécier chaque ressource comme étant un véritable cadeau du ciel et de s’en servir qu’au besoin, comme si c’était quelque chose de précieux? Car, petite nouvelle, chaque ressource est précieuse et l’a toujours été. C’est notre devoir en tant qu’êtres humains de protéger la Terre sur laquelle nous vivons, cette terre qui nous donne si généreusement. Qu’est-ce qui pourrait être plus important que la source de toute vie? 

La bonne nouvelle dans tout ça, c’est que lorsqu’un esprit s’éveille, il lui est impossible de retourner en arrière. Lorsque le déclic environnemental se fait dans une conscience, on fini par voir « l’ennemi » partout. Dans la dernière année, j’ai consommé des produits contenant de l’huile de palme à 2 reprises. 2. Et je me suis sentie si terriblement coupable que je me souviens exactement de quels produits il s’agissait et quand… J’ai utilisé quelques tampons et serviettes hygiéniques en situations d’urgence où je n’avais pas ma superbe coupe en silicone tout près. La culpabilité me ronge encore un peu, mais la bonne nouvelle, c’est que j’ai entamé tous ces changements dans mon mode de vie et que je progresse, un pas à la fois. 

L’environnement, ça nous concerne tous. Point final. N’attendons pas que le gouvernement s’en mêle, la force d’un pays est son peuple! J’aimerais tant savoir que je peux compter sur vous, sur NOUS et que nos futures générations nous remercierons de nos efforts pour réparer les dégâts des générations précédentes. L’humanité est encore jeune, nous apprenons, chaque erreur doit être pardonnée et entourée d’amour. Alors rien ne cesse de grogner et de montrer les dents, soyons simplement l’exemple de ce que nous voulons voir dans ce monde. Soyons RESPECT, AMOUR, COMPASSION et avançons ensemble dans la bonne direction. En se guérissant de chacune de nos blessures, nous guérirons la Terre. 

Un être qui a su pardonner et se pardonner, qui a fait son cheminement intérieur et qui aime sincèrement la vie et la nature ne voudra pas participer à souiller sa planète. Sors de la ville mon ami, va faire un tour en forêt ou sur le bord de la mer, ce sera assez d’énergie et d’amour pour te convaincre de faire attention à cette terre. Alors voilà ce que je nous souhaite chère âme, je nous souhaite guérison et amour. Nos larmes ne parviendront pas à éteindre les feux dans la forêt amazonienne, mais peut-être que notre amour, lui, pourra. 

 

Leave a comment

Add comment